Франція. L’oiseau Bleu

 

L’oiseau Bleu

Maurice Maeterlinck


COSTUMES

Tyltyl: costume du Petit Poucet dans les contes de Per­rault : petite culotte rouge vermillon, courte veste bleu ten­dre, bas blancs, souliers ou bottines de cuir fauve.

Mytyl: costume de Grethel ou bleu du Petit Chaperon rouge.

La Lumière: robe couleur de lune, c’est-à-dire d’or pâle à reflets d’argent, gazes scintillantes, formant des rayons, etc. Style néo-grec ou anglo-grec genre Walter Crane ou même plus ou moins Empire. - Taille haute, bras nus, etc. - Coif­fure : sorte de diadème ou même couronne légère.

La Fée Berylune, la Voisine Berlingot: costume classique des pauvresses de conte de fées. On pourrait supprimer au premier acte la transformation de la Fée en princesse.

Le Père Tyl, la Mère Tyl, Grand-papa Tyl, Grand-maman Tyl: costumes légendaires des bûcherons et des paysans allemands dans les contes de Grimm.

Les Frères et Sœurs de Tyltyl: variantes de costume du Pe­tit Poucet.

Le Temps: costume classique du Temps, vaste manteau noir ou gros bleu, barbe blanche et flottante, faux, sablier.

L’Amour maternel: costume à peu près semblable à celui de la Lumière, c’est-à-dire voiles souples et presque trans­parents de statue grecque, blancs autant que possible. Per­les et pierreries aussi riches et aussi nombreuses qu’on voudra, pourvu qu’elles ne rompent pas l’harmonie pure et candide de l’ensemble.

Les Grandes Joies: comme il est dit dans le texte, robes lumineuses aux subtiles et suaves nuances, réveil de rose, sourire d’eau, rosée d’ambre, azur d’aurore, etc.

Les Bonheurs de la maison: robes de diverses couleurs, ou si l’on veut, costumes de paysans, de bergers, de bûche­rons, etc., mais idéalisés et féériquement interprétés.

Les Gros Bonheurs: avant la transformation, amples et lourds manteaux de brocart rouge et jaune, bijoux et énor­mes et épais, etc. après la transformation : maillots café ou chocolat, donnant l’impression de pantins en baudruche.

La Nuit: amples vêtements noirs mystérieusement cons­tellés, à reflets mordorés. Voiles, pavots sombres, etc.

La Petite Fillede la voisine: chevelure blonde et lumi­neuse, longue robe blanche.

Le Chien: habit rouge, culotte blanche, bottes vernies, chapeau ciré ; costume rappelant plus ou moins celui de John Bull.

La Chatte: maillot de soie noire à paillettes.

Il convient que les têtes de ces deux personnages soient discrètement animalisées.

Le Pain: somptueux costume de pacha. Ample robe de soie ou de velours cramoisi, broché d’or. Vaste turban. Cime­terre. Ventre énorme, face rouge et extrêmement joufflue.

Le Sucre: robe de soie, dans le genre de celles des eunu­ques, mi-partie de blanc et de bleu pour rappeler le papier d’emballage des pains de sucre. Coiffure des gardiens du sérail.

Le Feu: maillot rouge, manteau vermillon à reflets cha­toyants, doublé d’or. Aigrette de flammes versicolores.

L’Eau: robe couleur du temps du conte de Peau d’Âne, c’est-à-dire bleuâtre ou glauque, à reflets transparents, ef­fets de gaze ruisselante, également style néo ou anglo-grec, mais plus ample, plus flottant. Coiffure de fleurs et d’algues ou de roseaux.

Les Animaux: costumes populaires de paysans.

Les Arbres: robes, nuances variées du vert ou de la teinte tronc d’arbre. Attributs, feuilles ou branches qui les fassent reconnaître.


ACTE PREMIER


PREMIER TABLEAU LA CABANE DUBÛCHERON

Le théâtre représente l’intérieur d’une cabane de bûche­ron, simple, rustique, mais non point misérable. - Cheminée à manteau où s’assoupit un feu de bûches. - Ustensiles de cui­sine, armoire, huche, horloge à poids, rouet, fontaine, etc. - Sur une table, une lampe allumée. - Au pied de l’armoire, de chaque côté de celle-ci, endormis, pelotonnés, le nez sous la queue, un Chien et une Chatte. - Entre eux deux, un grand pain de sucre blanc et bleu. - Accrochée au mur, une cage ronde renfermant une tourterelle. - Au fond, deux fenêtres dont les volets intérieurs sont fermés. - Sous l’une des fenêtres, un es­cabeau. - À gauche, la porte d’entrée de la maison, munie d’un gros loquet. - À droite, une autre porte. - Échelle menant à un grenier. - Également à droite, deux petits lits d’enfant, au che­vet desquels, sur deux chaises, des vêtements se trouvent soi­gneusement pliés.

Au lever du rideau, Tyltyl et Mytyl sont profondément en­dormis dans leurs petits lits. La Mère Tyl les borde une der­nière fois, se penche sur eux, contemple un moment leur som­meil et appelle de la main le Père Tyl qui passe la tête dans l’entrebâillement de la porte. La Mère Tyl met un doigt sur ses lèvres pour lui commander le silence, puis sort à droite sur la pointe des pieds, après avoir éteint la lampe. La scène reste obscure un instant, puis une lumière dont l’intensité augmente peu à peu filtre par les lames des volets. La lampe sur la table se rallume d’elle-même. Les deux enfants semblent s’éveiller et se mettent sur leur séant.


TYLTYL. - Mytyl ?

MYTYL. - Tyltyl ?

TYLTYL. - Tu dors ?

MYTYL. - Et toi ?...

TYLTYL. - Mais non, je dors pas puisque je te parle. MYTYL. - C’est Noël, dis ?

TYLTYL. - Pas encore ; c’est demain. Mais le petit Noël n’apportera rien cette année.

MYTYL. - Pourquoi ?...

TYLTYL. - J’ai entendu maman qui disait qu’elle n’avait pu aller à la ville pour le prévenir. Mais il viendra l’année pro­chaine.

MYTYL. - C’est long, l’année prochaine ?...

TYLTYL. - Ce n’est pas trop court. Mais il vient cette nuit chez les enfants riches.

MYTYL. - Ah ?...

TYLTYL. - Tiens !... Maman a oublié la lampe !... J’ai une

idée.

MYTYL. - ?...

TYLTYL. - Nous allons nous lever.

MYTYL. - C’est défendu.

TYLTYL. - Puisqu’il n’y a personne. Tu vois les volets ?

MYTYL. - Oh ! qu’ils sont clairs !.

TYLTYL. - C’est les lumières de la fête.

MYTYL. - Quelle fête ?

TYLTYL. - En face, chez les petits riches. C’est l’arbre de Noël. Nous allons les ouvrir.

MYTYL. - Est-ce qu’on peut ?

TYLTYL. - Bien sûr, puisqu’on est seuls. Tu entends la musique ?. Levons-nous. (Les deux enfants se lèvent, courent à l’une des fenêtres, montent sur l’escabeau et poussent les vo­lets. Une vive clarté pénètre dans la pièce. Les enfants regar­dent avidement au-dehors.)On voit tout !.

MYTYL (qui ne trouve qu’une place précaire sur l’escabeau).- Je vois pas.

TYLTYL. - Il neige !. Voilà deux voitures à six chevaux !.

MYTYL. - Il en sort douze petits garçons !.

TYLTYL. - T’es bête !. C’est des petites filles.

MYTYL. - Ils ont des pantalons.

TYLTYL. - Tu t’y connais. Ne me pousse pas ainsi !.

MYTYL. - Je t’ai pas touché.

TYLTYL (qui occupe à lui seul tout l’escabeau).- Tu prends toute la place.

MYTYL. - Mais j’ai pas du tout de place !.

TYLTYL. - Tais-toi donc. On voit l’arbre !.

MYTYL. - Quel arbre ?.

TYLTYL (lui cédant une petite place avare sur l’escabeau). - Là !. En as-tu assez ?. C’est-y pas la meilleure ?. Il y en a des lumières ! Il y en a !.

MYTYL. - Qu’est-ce qu’ils font donc ceux qui font tant de bruit ?.

TYLTYL. - Ils font de la musique.

MYTYL. - Est-ce qu’ils sont fâchés ?.

TYLTYL. - Non, mais c’est fatigant.

MYTYL. - Encore une voiture attelée de chevaux blancs !.

TYLTYL. - Tais-toi !. Regarde donc !.

MYTYL. - Qu’est-ce qui pend là, en or, après les bran­ches ?.

TYLTYL. - Mais les jouets, pardi !. Des sabres, des fusils, des soldats, des canons.

MYTYL. - Et des poupées, dis, est-ce qu’on en a mis ?.

TYLTYL. - Des poupées ?. C’est trop bête, ça ne les amuse pas.

MYTYL. - Et autour de la table, qu’est-ce que c’est que tout ça ?.

TYLTYL. - C’est des gâteaux, des fruits, des tartes à la crème.

MYTYL. - J’en ai mangé une fois, lorsque j’étais petite.

TYLTYL. - Moi aussi ; c’est meilleur que le pain, mais on en a trop peu.

MYTYL. - Ils n’en ont pas trop peu. Il y en a plein la ta­ble. Est-ce qu’ils vont les manger ?.

TYLTYL. - Bien sûr ; qu’en feraient-ils ?.

MYTYL. - Pourquoi qu’ils ne les mangent pas tout de suite ?.

TYLTYL. - Parce qu’ils n’ont pas faim.

MYTYL (stupéfaite). - Ils n’ont pas faim ?. Pourquoi ?.

TYLTYL. - C’est qu’ils mangent quand ils veulent.

MYTYL (incrédule). - Tous les jours ?.

TYLTYL. - On le dit.

MYTYL. - Est-ce qu’ils mangeront tout ?. Est-ce qu’ils en donneront ?

TYLTYL. - À qui ?.

MYTYL. - À nous.

TYLTYL. - Ils ne nous connaissent pas.

MYTYL. - Si on leur demandait ?.

TYLTYL. - Cela ne se fait pas.

MYTYL. - Pourquoi ?.

TYLTYL. - Parce que c’est défendu.

MYTYL (battant des mains). - Oh ! qu’ils sont donc jo­lis !.

TYLTYL (enthousiasmé). - Et ils rient et ils rient !.

MYTYL. - Et les petits qui dansent !.

TYLTYL. - Oui, oui, dansons aussi !.

Ils trépignent de joie sur l’escabeau.

MYTYL. - Oh ! que c’est amusant !.

TYLTYL. - On leur donne des gâteaux !. Ils peuvent y toucher !. Ils mangent ! ils mangent !.

MYTYL. - Les plus petits aussi. Ils en ont deux, trois, qua­tre !.

TYLTYL (ivre de joie). - Oh ! c’est bon !. Que c’est bon ! que c’est bon !.

MYTYL (comptant des gâteaux imaginaires).- Moi, j’en ai reçu douze !.


TYLTYL. - Et moi quatre fois douze !. Mais, je t’en donne­rai. (On frappe à la porte de la cabane. Tyltyl subitement calmé et effrayé.)Qu’est-ce que c’est ?.

MYTYL (épouvantée). - C’est Papa !.

Введіть ваш абонентський код, щоб читати далі :

Щоб мати можливість скачати журнал в електронному варіанті, та переглядати додаткові матеріали - введіть номер купону:





Щоб придбати купон, заповніть форму на сторінці.

Середня оцінка :

votes

0 коментарів :

Залишити коментар :

*

*

Ваш Веб-сайт

*

Голосувати


*

Найважливіше
з теорії детективу!

Знайомтеся з цікавими статтями і доповнюйте рубрику своїми теоріями та практичними історіями. Чекаємо на ваші листи за адресою: lit-jur-dnipro-zav.proza@kas-ua.com

Читати журнал "Дніпро" Статті

ОГОЛОШЕННЯ

До уваги передплатників!

Друкована та електронна версії журналу «Дніпро» виходять щомісячно!

Передплатити журнали можна:

на сайті:
www.dnipro-ukr.com.ua;

за телефоном:
(044) 454-12-80;

у відділеннях «Укрпошти».

ЦИТАТА ДНЯ

«Текст – це лише пікнік, на який автор приносить слова, а читачі – сенс»

(Цвєтан Тодоров)

УВАГА!!!

Пропонуємо всім охочим узяти участь у написанні літературно-критичних статей про нобелівських лауреатів.

Чекаємо на ваші роботи про Томаса Еліота до 31 липня 2016 року.

Найкращу статтю буде опубліковано на сторінках журналу.

Роботи надсилайте за адресою: lit-jur-dnipro-zav.proza@kas-ua.com (із позначкою "Нобелівка").