Франція. La Dame de pique

 

Alexandre Pouchkine

La Damede pique

 

On jouait chez Naroumof, lieutenant aux gardes à cheval. Une longue nuit d’hiver s’était écoulée sans que personne s’en aperçût, et il était cinq heures du matin quand on servit le souper. Les gagnants se mirent à table avec grand appétit; pour les autres, ils regardaient leurs assiettes vides. Peu à peu néanmoins, le vin de Champagne aidant, la conversation s’anima et devint générale.

« Qu’as-tu fait aujourd’hui, Sourine? demanda le maître de la maison à un de ses camarades.

-          Comme toujours, j’ai perdu. En vérité, je n’ai pas de chance. Je joue la mi- randole; vous savez si j’ai du sang-froid. Je suis un ponte impassible, jamais je ne change mon jeu, et je perds toujours !

-          Comment! Dans toute ta soirée, tu n’as pas essayé une fois de mettre sur le rouge ? En vérité ta fermeté me passe.

? Comment trouvez-vous Hermann ? dit un des convives en montrant un jeune officier du génie. De sa vie, ce garçon là n ?a fait un paroli1 ni touché une carte, et il nous regarde jouer jusqu ?à cinq heures du matin.

-          Le jeu m’intéresse, dit Hermann, mais je ne suis pas d’humeur à risquer le nécessaire pour gagner le superflu.

-          Hermann est Allemand; il est économe, voilà tout, s’écria Tomski; mais ce qu’il y a de plus étonnant, c’est ma grand-mère, la comtesse Anna Fedotovna.

-          Pourquoi cela ? lui demandèrent ses amis.

-          N’avez-vous pas remarqué, reprit Tomski, qu’elle ne joue jamais ?

1Doubler la mise.

-          En effet, dit Naroumof, une femme de quatre-vingts ans qui ne ponte pas, cela est extraordinaire.

-          Vous ne savez pas le pourquoi ?

-          Non. Est-ce qu’il y a une raison ?

? Oh ! bien, écoutez. Vous saurez que ma grand-mère, il y a quelque soixante ans, alla à Paris et y fit fureur. On courait après elle pour voir la ”Vénus moscovite*” 2 . Richelieu lui fit la cour, et ma grand-mère prétend qu?il s?en fallut peu qu?elle ne l?obligeât par ses rigueurs à se brûler la cervelle. Dans ce temps-là, les femmes jouaient au pharaon. Un soir, au jeu de la cour, elle perdit sur parole, contre le duc d ?Orléans, une somme très considérable. Rentrée chez elle, ma grand-mère ôta ses mouches, défit ses paniers, et dans ce costume tragique alla conter sa mésaventure à mon grand-père, en lui demandant de l ?argent pour s?acquitter. Feu mon grand-père était une espèce d?intendant pour sa femme. Il la craignait comme le feu, mais le chiffre qu ?on lui avoua le fit sauter au plancher ; il s ?emporta, se mit à faire ses comptes, et prouva à ma grand-mère qu ?en six mois elle avait dépensé un demi-million. Il lui dit nettement qu ?il n ?avait pas à Paris ses villages des gouvernements de Moskou et de Saratef, et conclut en refusant les subsides demandés. Vous imaginez bien la fureur de ma grand-mère. Elle lui donna un soufflet et fit lit à part cette nuit-là en témoignage de son indignation. Le lendemain elle revint à la charge. Pour la première fois de sa vie elle voulut bien condescendre à des raisonnements et des explications. C ?est en vain qu ?elle s ?efforça de démontrer à son mari qu ?il y a dettes et dettes, et qu ?il n ?y a pas d ?apparence d ?en user avec un prince comme avec un carrossier. Toute cette éloquence fut en pure perte, mon grand-père était inflexible. Ma grand-mère ne savait que devenir. Heureusement, elle connaissait un homme fort célèbre à cette époque. Vous avez entendu parler du comte de Saint-Germain, dont on débite tant de merveilles. Vous savez qu ?il se donnait pour une manière de Juif errant, possesseur de l?élixir de vie et de la pierre philosophale. Quelques-uns se moquaient de lui comme d?un charlatan. Casanova, dans ses "Mémoires”, dit qu?il était espion. Quoi qu?il en soit, malgré le mystère de sa vie, Saint-Germain était recherché par la bonne compagnie et était vraiment un homme aimable. Encore aujourd?hui ma grand-mère a conservé pour lui une affection très vive, et elle se fâche tout rouge quand on n?en parle pas avec respect. Elle pensa qu?il pourrait lui avancer la somme dont elle avait besoin, et lui écrivit un billet pour le prier de passer chez elle. Le vieux thaumaturge accourut aussitôt et la trouva plongée

2Les mots ou expressions en italique et suivis d’un astérisque sont en français dans le texte.

Введіть ваш абонентський код, щоб читати далі :

Щоб мати можливість скачати журнал в електронному варіанті, та переглядати додаткові матеріали - введіть номер купону:





Щоб придбати купон, заповніть форму на сторінці.

Середня оцінка :

votes

0 коментарів :

Залишити коментар :

*

*

Ваш Веб-сайт

*

Голосувати


*

Найважливіше
з теорії детективу!

Знайомтеся з цікавими статтями і доповнюйте рубрику своїми теоріями та практичними історіями. Чекаємо на ваші листи за адресою: lit-jur-dnipro-zav.proza@kas-ua.com

Читати журнал "Дніпро" Статті

ОГОЛОШЕННЯ

До уваги передплатників!

Друкована та електронна версії журналу «Дніпро» виходять щомісячно!

Передплатити журнали можна:

на сайті:
www.dnipro-ukr.com.ua;

за телефоном:
(044) 454-12-80;

у відділеннях «Укрпошти».

ЦИТАТА ДНЯ

«Текст – це лише пікнік, на який автор приносить слова, а читачі – сенс»

(Цвєтан Тодоров)

УВАГА!!!

Пропонуємо всім охочим узяти участь у написанні літературно-критичних статей про нобелівських лауреатів.

Чекаємо на ваші роботи про Томаса Еліота до 31 липня 2016 року.

Найкращу статтю буде опубліковано на сторінках журналу.

Роботи надсилайте за адресою: lit-jur-dnipro-zav.proza@kas-ua.com (із позначкою "Нобелівка").